La Marge Heureuse

En construction depuis décembre 2018…
Lancement en février 2019.

La marge heureuse en quelques mots :

Quelles sont, dans l’état actuel de notre société, les marges dont nous disposons ? L’idée d’une marge heureuse correspond à la volonté d’accueillir et de s’investir de manière volontaire et constructive dans ce qui apparaît comme la marge. Cette marge se décline en termes d’espace, de temps, de programmation, de budget, d’interprétation du monde, etc. Comment travailler et vivre dans les marges, en fluidité avec les centres, sans être marginalisé ? L’imaginaire collectif conditionne notre vision de la marge dans son rapport à la loi, à l’économie, à la réussite, de manière souvent négative. Comment peut-il en être autrement ?

Depuis décembre 2018, je rencontre des gens, des artistes, des représentants de lieux, d’institutions, d’associations, etc. pour échanger sur cette idée de « marge heureuse ». D’ici janvier 2020, je souhaite aboutir à la rédaction d’un document qui comprendra une partie théorique sur les motivations, les objectifs et les pistes de réflexion liés à cette « marge heureuse » (pour participer à la revalorisation de la marge dans l’imaginaire collectif). Une deuxième partie, essentielle, consistera à proposer un guide pratique sur la manière de mettre en acte l’identification, la valorisation et l’habitation des marges d’une manière positive et pérenne.

Quelques pistes de réflexion actuelles :

Peut-on encourager et faciliter le regroupement de spectateurs ici et là sur le territoire, prescripteurs et financeurs de la venue de formes d’art conçues pour la marge (esthétiquement et économiquement), accueillies dans des espaces inoccupés de lieux institutionnels?

Au sein d’un lieu de programmation artistique, comment créer et proposer ponctuellement des alternatives aux modes de transport, de restauration et d’hébergement des artistes, en accord avec eux, pour générer des marges budgétaires ré-affectées aux salaires d’artistes accueillis à la marge de la programmation officielle? Comment traduire (ou effacer?), en termes de comptabilité et de communication, la création de ces marges pour ne pas jouer le jeu des subventionneurs qui pourraient chercher à légitimer des baisses budgétaires?

Comment sensibiliser les différents acteurs liés à la marge sur le fait que leurs modes d’entrée et de sortie de la marge ont un impact fort, positif ou négatif, sur l’imaginaire collectif à propos de l’image même de la marge?

Face au développement des « Eurodisney de la friche », comment pérenniser les marges pour les protéger d’intérêts liés à leur destruction à court terme (intérêts liés à la spéculation immobilière, à l’optimisation budgétaire, à la gentrification, etc.)?

En parallèle des rencontres individuelles, je propose à ceux qui le souhaitent de venir échanger sur la notion de « marge heureuse » pour enrichir, par la réflexion collective, nos réflexions individuelles. Pour participer à ces rencontres, s’associer au projet en tant qu’artiste, spectateur, institution, lieu d’accueil, volontaire, etc. :

Julien Daillère, 0669187527, j.daillere@gmail.com

Rencontres prévues :
(infos détaillées à venir)

Samedi 23 février 2019 de 14:00 à 17:00 : Anis Gras, le lieu de l’autre, 55 av Laplace, 94110 Arcueil (salle de l’Orangerie)

Mars 2019 : Villa Sator, 1 place aux citoyens, 79130 Pougne-Hérisson (Poitou-Charentes)

Lundi 04 mars 2019 à 19:00 : Le Lavoir Public, 4 impasse Flesselles, 69001 Lyon

Mai 2019 : Fabrica de Pensule (la Fabrique de Pinceaux), 59-61 rue Henri Barbusse, 400616 Cluj-Napoca, Roumanie

Mardi 04 juin 2019 à 18:00 : Teatru Fix, 34 rue Bucium, 700265, Iași, Roumanie